Faire coexister le religieux et la technologie


Croisées artistiques / lundi, avril 23rd, 2018

Au commencement, Jonathan Bell

Mångata | Hernán Alcalá, direction artistique
En collaboration avec l’IRCAM

Le projet initial de cette pièce est né d’une collaboration entre Jonathan Bell et Fabien Zocco, net-artiste, qui a programmé un logiciel de génération de texte ré-interprétant des passages de la Genèse de la Bible (version Chouraqui).

Fruit de deux années de recherche au sein de l’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique Musique), cette composition utilise l’outil informatique à plusieurs stades de son élaboration. Tout d’abord dans la génération de texte, puis dans la composition (à l’aide de Bach, un outil de composition assistée par ordinateur dans Max/MSP, utilisé pour générer des voix de synthèse et une partition dynamique), et enfin dans l’interprétation: une application web, conçue par Benjamin Matusevski envoie et synchronise des partitions vidéo, une bande électronique et des éclairages au moyen d’un serveur local, et permet de faire communiquer tous les appareils par leur navigateur web (les partitions sont donc lues dans chrome, firefox, etc).

L’enjeu poétique de cette pièce consiste à faire coexister deux domaines qui nous dépassent: le religieux et la technologie. L’art, selon Walter Benjamin prend racine dans le rituel et tente de s’en émanciper par la reproduction mécanisée. Cette pièce, intitulée “Au commencement ” cherche donc à évoquer cette proximité originelle entre l’art et le sacré, en la déplaçant dans un contexte à priori diamétralement opposé : l’hyper-connectivité contemporaine.